JAPON : OFFRANDE MUSICALE D’UN MAÎTRE DE SHAKUHACHI – JAPAN : MUSICAL OFFERING OF A SHAKUHACHI MASTER – TERUHISA FUKUDA

VDE CD-1501

JAPON : OFFRANDE MUSICALE D’UN MAÎTRE DE SHAKUHACHI – JAPAN : MUSICAL OFFERING OF A SHAKUHACHI MASTER – TERUHISA FUKUDA

Ajikan – Echigo-sanya – Kokû – Reibo – Tamuke – Saji – Takiotoshi.

Teruhisa Fukuda, Maître de shakuhachi.

Collection AIMP CXV.

Teruhisa Fukuda est un artiste éminent, maître de la flûte shakuhachi dont il joue depuis près de cinquante ans et interprète de musiques issues des traditions anciennes du Japon aussi bien que d’œuvres contemporaines.

Le shakuhachi est une flûte droite fabriquée dans un pied de bambou percé de cinq trous et dont l’embouchure est faite d’une simple encoche taillée en biseau. Sa technique de jeu repose sur une grande maîtrise du souffle, permettant au musicien de produire une variété d’effets sonores.

Dans ce CD, maître Fukuda a choisi de présenter une suite de sept pièces issues d’un répertoire de musique datant du XVIIe siècle. Elles étaient originellement interprétées par des moines de la secte Fuke du bouddhisme zen, qui considéraient leur instrument comme un outil de leur pratique méditative. Ces sept morceaux sont destinés à être joués en solo, dans un état d’esprit fondé sur la pensée zen.

 

Madeleine Leclair

 

Technique de jeu du shakuhachi

Le jeu du shakuhachi exige de se concentrer et de méditer sur chacun des sons.

L’ambitus du shakuhachi est de trois octaves. La technique de jeu, reposant sur une grande maîtrise du souffle, permet de produire une variété d’effets sonores par lesquels le musicien extériorise l’esprit qui l’habite: attaque d’une note en glissando par dessous, larges vibratos irréguliers, fluctuation du timbre, de la dynamique et de la hauteur des notes, sons explosifs, etc.

Le muraiki est une technique spécifique au shakuhachi. Elle consiste à émettre un souffle de part et d’autre de l’embouchure, de manière à faire entendre différentes qualités du bruit du vent qui peut être faible, doux ou puissant. Ces sonorités du vent exprimeraient ainsi les sentiments des Komusô, qui errent librement.

Les pièces musicales

« J’ai choisi d’interpréter les pièces suivantes dans l’esprit d’une offrande musicale dédiée à mon instrument, car en jouant du shakuhachi je peux m’engager sur la voie de l’illumination. Je souhaite aussi exprimer ma gratitude à toutes les personnes qui sont apparues et qui apparaîtront dans ma vie.
Ces pièces appartiennent au répertoire de la secte Fuke du bouddhisme zen, datant du XVIIe siècle (période Edo). »

Ajikan

Le terme ajikan, « la contemplation de la lettre A », renvoie à la pratique d’une des formes les plus élevées et difficiles de la méditation ésotérique, la lettre A passant pour désigner la racine des choses dans la philosophie bouddhique. Appartenant au répertoire de musique de méditation honkyoku, Ajikan aurait pour origine une pièce plus ancienne appelée Sashi ou Saji.

Echigo-sanya

La pièce fait partie d’un ensemble d’autres morceaux dont l’origine se rattache à un temple komusô dans la région d’Echigo. La tradition raconte que chaque temple komusô avait notamment comme emblème une pièce de shakuhachi originale et spécifique.

Kokû

(« Ciel vide » ou « Vacuité »). Kokû est l’une des trois plus anciennes et importantes pièces du répertoire honkyoku, les deux autres étant Kyorei (« Cloches vides ») et Mukaiji (« Mer et brouillard »). Elles auraient été créées par un disciple de Kyochiku.

Reibo

Plusieurs pièces du répertoire honkyoku ont pour titre Reibo, terme qui évoque le son de la clochette du moine Fuke, fondateur de la secte du bouddhisme zen à laquelle appartiennent les Komusô. Cette pièce a pour origine le temple komusô de la région de Tôhoku au nord-est du Japon.

Tamuke

(« Offertoire »). Cette pièce à fonction liturgique est souvent jouée à l’occasion d’actions de grâce ou lors de rituels pour rendre hommage aux défunts.

Saji

Le terme saji ou sashi peut s’écrire avec différents caractères chinois et prendre autant de significations. Les principales sont : « la compassion du Bodhisattva », ou « offrir avec particulièrement d’humilité ». Ainsi, cette pièce fait écho au titre de ce disque. Il existe plusieurs versions de cette pièce. Celle-ci s’intitule Ifu-Saji.

Takiotoshi

(« Cascade »). On raconte qu’un temple komusô était construit près de cette cascade, située dans la région d’Izu.

 

Teruhisa Fukuda

 


Acheter maintenant

CHF 23,90


Afficher les commentaires

VDE-GALLO