Pavel Haas : In Memoriam - Fabrice Ferez - Marc Pantillon | VDE-GALLO

IN MEMORIAM PAVEL HAAS : JANACEK – HAAS – GINER – LUTOSLAWSKI – DORATI – FABRICE FEREZ – MARC PANTILLON

GALLO CD-1426

Leoš JANACEK : Violin Sonata, JW VII/7 (for Oboe & Piano) – Pavel HAAS : Suite for Oboe and Piano, Op. 17 – Bruno GINER : Trois silences déchirés (In Memoriam Pavel Haas) – Witold LUTOSLAWSKI : Epitaph for Oboe and Piano – Antal DORATI : Duo Concertante for Oboe and Piano.

Fabrice Ferez, Oboe – Marc Pantillon, Piano.

C’est à un émouvant voyage dans le Temps que nous convie aujourd’hui le hautboïste bisontin en compagnie du pianiste suisse Marc Pantillon. Un voyage dans l’Europe musicale du XXème siècle qui, comme chacun le sait, fut un des plus violents que l’homme a produits. Le compositeur tchèque Pavel Haas en fit les frais, présent qu’il fut aux pires moments de l’Histoire : soldat des Habsbourg pendant la première guerre mondiale, morave puis slovaque après les accords de Munich, sa judéité le conduisit en 1941 à Terezin où les nazis exploitèrent son talent de compositeur pour la vitrine musicale et manipulatrice qu’ils avaient décidé de montrer au Monde. Le temps d’y composer 3 œuvres ultimes dont une Suite pour cordes audible dans le film de propagande des nazis tourné à Terezin en 1944, Pavel Haas sera conduit à Auschwitz et exécuté dès son arrivée le 17 octobre de la même année. Il avait 45 ans.

70 ans après cette pierre noire de l’Histoire des hommes, ce disque vient salutairement rappeler que les enfants des 30 glorieuses et leurs descendants ne doivent pas oublier qu’ils sont à jamais les enfants d’Auschwitz.

Intitulé avec évidence « In memoriam Pavel Haas », les œuvres judicieusement choisies tournoient autour de la mémoire du compositeur trop tôt disparu. Un compositeur qui fut l’élève de Janacek, un compositeur qui, malgré ses succès (son opéra Le Charlatan), avait étrangement du mal à finir ses œuvres, nous dit-on dans un livret détaillé et ému. Malmené comme il le fut par les deux guerres mondiales (la première interrompit même ses études musicales) il sombra dans une profonde dépression qui n’est pas sans rappeler les tourments qui devaient anéantir de même l’autre fleuron de l’espèce humaine que fut Stefan Zweig.

Tout fait sens dans ce disque. Même la photo de la jaquette du bien nommé Col de la Bataille, lieu emblématique de résistance du Vercors, où Fabrice Ferez et Marc Pantillon ont donné la première audition de ce programme très original.

Le 21 mai 2014 par Jean-Luc Clairet

https://www.resmusica.com/2014/05/21/pavel-haas-et-les-enfants-dauschwitz/

Facebook Fabrice Ferez

Zu unseren anderen Alben mit Fabrice Ferez

CHF 23.90

Kommentare anzeigen