Dvorak String Quartet No. 11 & 13 - Quatuor Sine Nomine | VDE-GALLO

ANTONIN DVORAK : STRING QUARTET NO. 11 IN C MAJOR, OP. 61 – STRING QUARTET NO. 13 IN G MAJOR, OP. 106

VEL 1517

Antonín DVORAK : String Quartet No. 11 in C Major, Op. 61, B. 121 – String Quartet No. 13 in G Major, Op. 106, B. 192

Quatuor Sine Nomine : Patrick Genet, François Gottraux, violons – Nicolas Pache, alto – Marc Jaermann, violoncelle.

Booklet VEL 1517.pdf

La musique de chambre occupe une place constante et considérable dans l’œuvre de Dvořák. Sans autre formation que celle apprise de l’instituteur du village de Zlonice, cet ex apprenti boucher fait ses premières armes de compositeur en écrivant un Quintette en la mineur, son op. 1 suivi immédiatement du Quatuor en la majeur. Ces deux œuvres datent de 1861 et 1862. Il avait alors vingt ans. Sa production de musique de chambre suivra la même évolution que sa musique symphonique : période à la recherche d’un style propre, influence slave, influence américaine, puis retour au pays qu’il vénère.

Antonin Dvořák laisse un abondant catalogue de musique de chambre : quatorze quatuors à cordes (si l’on compte les essais de jeunesse non édités), un sextuor à cordes, deux quatuors avec piano, quatre trios avec piano, plusieurs sonates pour violon et pour violoncelle. La musique de chambre de Dvořák, très riche, est d’une densité telle qu’elle devrait être considérée à l’égal des œuvres de Schumann et de Brahms. Les œuvres à sous-titre, la Symphonie du Nouveau Monde, le Trio Dumky et le Quatuor Américain, ont certes popularisé le nom de Dvořák, mais ont surtout éclipsé toute une partie de l’œuvre du grand compositeur tchèque.

Ce disque donne une preuve éclatante du génie simple, sincère et touchant de Dvořák. Ecrit en hâte pour honorer la commande d’un violoniste à la Cour de Vienne, le Quatuor en ut Majeur, op. 61, datant de 1881, fut écrit en un mois exactement. Pressé par le temps, Dvořák reprend des idées thématiques notées depuis plusieurs mois en les refondant dans l’œuvre nouvelle. Cette anecdote, loin de nuire à notre compréhension de l’œuvre, démontre plutôt l’extraordinaire maîtrise technique de Dvořák. Peu de références à la musique populaire dans ce superbe quatuor, mais quelques influences beethovéniennes dans la forme et la structure générale de l’œuvre. Le mouvement lent est une admirable méditation au lyrisme élégiaque, suivi par un scherzo espiègle et rythmé. Le finale est sans doute le mouvement le plus développé ; une courte introduction lente lance une Skocna (Sauteuse) tourbillonnante que va interrompre un thème plein de la mélancolie slave si chère au compositeur.

Le Quatuor en Sol Majeur, op. 106 marque (comme son frère cadet en la bémol, op. 105) à la fois l’apogée et la fin des compositions de musique de chambre de Dvořák. Rentré au pays, après trois ans d’une vie américaine plus ou moins heureuse, il compose aussitôt deux quatuors à cordes dont la numérotation est trompeuse puisque l’opus 106 précède l’opus 105. Confiant sa joie au seul quatuor à cordes, Dvořák utilise encore quelques souvenirs américains dans le scherzo et le finale, souvenirs toutefois engloutis dans une ambiance très slave. Comme le note Otakar Sourek, le biographe de Dvořák, « le noyau du Quatuor en Sol Majeur est formé par les premiers mouvements : le premier, plein de joie, de sourires et de sincérité chaleureuses, est remarquable par l’originalité de ses idées et par son armature grandiose et hardie ; le deuxième, adagio, possède un élan hymnique, une beauté enivrante, une rare profondeur et une structure robuste ».

Ce quatuor traduit magnifiquement le grand enthousiasme d’un auteur si heureux de revoir sa terre natale après trois ans « d’exil » américain. Dvořák est alors âgé de cinquante-quatre ans. Il lui reste encore neuf ans à vivre, et pourtant, ce chant d’exaltation des deux derniers quatuors marque aussi la fin de cette production spécifique pour laquelle il écrivit tant d’œuvres admirables. Désormais, il se vouera à la musique à programme et à l’opéra, son rêve de toujours.

François Hudry

CHF 23.90

Afficher les commentaires