Fritz Brun: Violin Sonata No. 1 & 2, Cello Sonata in F | VDE-GALLO

Brun: Violin Sonata No. 1 in D Minor – Violin Sonata No. 2 in D Major – Cello Sonata in F Minor – Alessandro Fagiuoli – Alessia Toffanin – Andrea Musto

GALLO CD-1676

Fritz BRUN: Violin Sonata No. 1 in D Minor: I. Sehr leidenschaftlich und frei im Vortrag – II. Langsam und sehnsüchtig – III. Lebhaft – Violin Sonata No. 2 in D Major: I. Allegro moderato – II. Vivace – III. Allegro non troppo – Cello Sonata in F Minor: I. Allegro appassionato – II. Grave – III. Allegro vivace.

Alessandro Fagiuoli, violon – Andrea Musto, violoncelle – Alessia Toffanin, piano.


Je vais commencer par la fin, en 1959, l’année de la mort de Fritz Brun. Car l’année 1959 semble marquer un tournant tragique dans l’histoire de la musique classique. Cette année-là, une génération de compositeurs, presque tous de la musique tonale (à la fois romantique et néoclassique) s’est éteinte, comme Egon Kornauth, Heitor Villa-Lobos, Eric Zeisl, George Antheil et Bohuslav Martinů (mort à Liestal, en Suisse). Dans les années 1950 et 1960, années de recherche musicale lancinante et politisée, et dans les années de contestation jusqu’au début des années 1980, la plupart de ces noms étaient destinés à disparaître presque complètement des salles de concert et des studios d’enregistrement.

Même dans la Suisse, généralement conservatrice sur le plan musical, les choses ne sont pas meilleures. 1959 est l’année de la disparition de Friedrich Niggli, de Raffaele d’Alessandro, d’Ernest Bloch (bien que dans le lointain Portland) et, bien sûr, de Fritz Brun.

La musique de Brun était sans aucun doute marquée par le romantisme, avec une certaine ouverture au néo-classicisme, mais avec un rejet total de la dodécaphonie, du sérialisme et de l’avant-gardisme d’après-guerre dans tous ses prolongements. Romantique, elle l’était surtout dans la conviction, à laquelle le compositeur est resté fidèle toute sa vie, que le sentiment et les émotions personnelles sont la matière dont est faite la musique. Pas de sentimentalisme, mais plutôt la sublimation d’émotions et d’expériences personnelles, loin de la musique programmatique et libre, si possible, des grandes explications biographiques.

Mauro Piccinini


CD-1676 Booklet.pdf

CHF 23.90

Afficher les commentaires