Franz Liszt - Caroline Boissier-Butini - Adalberto Maria Riva

MUSIQUE ET NATURE AU CHÂTEAU DE GRUYÈRES – FRANZ LISZT – CAROLINE BOISSIER-BUTINI – ADALBERTO MARIA RIVA, PIANO

GALLO CD-1406

Musique et nature au Château de Gruyères

Franz LISZT : Album d’un voyageur, Book II, Fleurs mélodiques des Alpes, S. 156: VI. Allegro moderato in E-Flat major – VII. Allegro in A-Flat major – VIII. Allegretto in D-Flat Major – Fanny HÜNERWADEL : Introduction, Variations & Rondo – Paul HAHNEMANN : Le lac qui scintille aux caresses de la brise, Op. 20 – Hans HUBER : 6 Pieces « Nachtgesänge », Op. 22: Piece No. 1 in A minor – No. 2 in A-Flat Major – No. 3 in C-Sharp Minor – No. 5 in E Major – Charles BOVY-LYSBERG : Pensées de mai, Op. 46 No. 1 – Caroline BOISSIER-BUTINI : Variations sur l’air « Dormez mes chers enfants » – Adolf RUTHARDT : Sommer-Idyllen: No. 1 Le beau hêtre – No. 4 Au clair de lune sur le Rhin – No. 6 Dans un frais vallon – Vincent ADLER : Un soir à St. Gratien Op. 22, Idylle – Joaquim RAFF : Ländler Op. 162 No. 3.

Adalberto Maria Riva, piano historique Braschoss-Liszt.

 

Adalberto Maria Riva au piano Braschoss-Liszt du Château de Gruyères.

Dans la riche collection qui compose son musée, le Château de Gruyères héberge un piano daté de 1835, décoré de belles marqueteries. Son auteur, le facteur Braschoss, allemand établi à Genève, a choisi de le construire avec une mécanique française, sans doute sous l’influence de Liszt, résident de la ville de Calvin entre 1835 et 1839. Afin de mettre en valeur cet instrument au son magnifique, à la fois doux et puissant, le conservateur du musée, Raoul Blanchard, a fait appel à l’excellent pianiste d’origine italienne Adalberto Maria Riva.

Celui-ci a choisi des œuvres inspirées par la nature, ainsi que deux séries de variations, dans le corpus encore largement inconnu des pièces pianistiques de la Suisse du 19e siècle. Autant de pièces de genre typiques de la musique de salon telle qu’elle pouvait être pratiquée par la famille genevoise Bovy, qui a acquis le Château de Gruyères en 1849 et dont un des membres est présent sur le disque : l’élève de Chopin Charles Bovy-Lysberg, dont l’œuvre est principalement constitué de près de 150 savoureuses pièces de salon pour piano.

A cette période, la vie musicale helvétique sortait rarement d’un cercle restreint d’amateurs, et nombre de compositeurs établis en Suisse étaient d’origine étrangère, en témoignent le Hongrois Vincent Adler et les Allemands Adolf Ruthardt et Paul Hahnemann, les deux premiers établis à Genève et le dernier à Yverdon puis à Lausanne. A contrario, le Schwytzois Joseph Joachim Raff fit toute sa carrière en Allemagne.

Parmi les œuvres les plus intéressantes présentées sur ce CD – outre des Fleurs mélodiques des Alpes, extraites de l’Album d’un voyageur que Liszt a composé en Suisse –, on trouve quatre morceaux d’un recueil de jeunesse de Hans Huber, Nachtgesänge, inspiré par des extraits de poèmes de Tennyson, et les variations écrites par deux compositrices au destin similaire : la Genevoise Caroline Boissier-Butini et l’Argovienne Fanny Hünerwadel, issues de familles aisées et dont l’activité musicale n’a pas été entravée par leur famille, fait rare dans la société bourgeoise de l’époque.

Toutes ces œuvres sont servies par des interprétations pleines de couleurs, dues à un pianiste passionné par la redécouverte de compositeurs oubliés. Agrémenté de superbes illustrations (dont des décorations intérieures du château), le livret contient, outre une introduction par le pianiste lui-même, d’intéressantes contributions des musicologues Jacques Tchamkerten et, au sujet des deux compositrices du disque, Irène Minder-Jeanneret, le tout traduit en allemand et en anglais. Par sa beauté tant visuelle que musicale, ce CD constitue un cadeau idéal pour les fêtes de fin d’année, mais aussi, en tous temps, un présent musical qui remet en valeur une part négligée et agréable de la musique suisse.

Revue Musicale Suisse, Laurent Mettraux

CHF 23.90

Afficher les commentaires