Rich'Art Ndione et Le Saawal - Mbilim Noon | VDE-GALLO

SENEGAL : MBILIM NOON : D’HIER À AUJOURD’HUI – RICH’ART NDIONE ET LE SAAWAL

VDE CD-1614

Mbilim Noon : D’hier à aujourd’hui – Rich’Art Ndione et Le Saawal, ensemble Sérère Noon originaire de Thiès, au Sénégal

Traditional : niilaa duwaa – Traditional / Richard Ndione : se waayee – Traditional : Diouloulenma – Traditional / Richard Ndione : yëngú léén – Richard Ndione : niilaa ngúraa – heetaa – Mariama – sëríñ tuba – leelaye – hul – kul saafi (Arr. by Alexandre Mbaye Ndione).

Rich’Art Ndione et Le Saawal : Richard « Khadim » Ndione (voix, guitare) – Brigitte Ndione & Ami « Djimbi » Ndione (chœurs) – Mame Françoise « Ngoye » Ndione (kan-ndang).

L’ensemble Rakhane Mbissane : Abdoulaye Faye (thiole) – Amadou Faye (mbal) – Samba Faye (tal-mbat) – Cheikh Ahmadou Faye (tougouni) *Sauf pistes 1 & 2 – Assane Faye (nder) *Sauf pistes 1 & 2

Avec la participation de *Pistes 7 à 11 : Anthony Grégoire (guitare solo) – Serge Tine (claviers) – Ndiassé Faye (batterie)

 

Les Sérères noon : qui sont ils?

Les Sérères noon se retrouvent au Sénégal, répartis à Thiès et dans une trentaine de villages environnants. Étant les autochtones de Thiès, surnommée « La Cité du rail » (en témoigne la présence du train qui s’est invité sur la piste 6), située à environ 70 kilomètres à l’est de la capitale, Dakar, les Noons constituent un des cinq sous-groupes de la famille des Sérères du Nord-Ouest – qui sont les Ndoute, Safène, Noon, Laalaa, Diobass –, aussi appelé cangin suite à la découverte de la particularité de leurs langues dans les années 1960 par le linguiste Walter J. Pichl. Ils constituent aussi le cœur de ce regroupement porteur de l’identité dite Saafi, celle-là même qui constituerait, avec les Sérères du Sine-Saloum, au sud du pays, la grande famille des Sérères, une ethnie réputée n’être présente qu’au Sénégal, bien qu’aujourd’hui, les phénomènes migratoires renversent toujours plus la situation.

Quoi qu’il en soit, les Noons sont si peu nombreux (environ une dizaine de milliers de locuteurs tout au plus ces dernières années) que leur culture tend à disparaître, notamment face au phénomène bel et bien présent de la wolofisation.

Ce qui caractérise les Noons, sur le plan culturel, c’est sans conteste leurs pouvoirs mystiques liés à la géomancie, notamment la rétention des pluies, et la compétence particulière de certains à pratiquer l’anthropophagie – ici, le fait de déposséder quelqu’un de son âme pour l’emprisonner dans un arbre sacré. Mais il y a aussi la relation intime qu’aura pu tisser cette communauté avec le palmier rônier (borassus aethiopum) qui demeure encore aujourd’hui le compagnon fidèle de tout Noon au quotidien.

Enfin – et surtout – il y a le mbilim : à la fois une fête et un genre musical. Il s’agit d’une pratique où musique et danse sont avant tout un mode de partage et de communication.

CD-1614-Livret.pdf

https://www.mbilimnoon.com/

CHF 23.90

Afficher les commentaires