Bach : Harmonium Piano Duo - Christoph Lahme | VDE-GALLO

Bach: Liaison Extraordinaire pour Harmonium-Piano duo – Christoph Lahme – Oliver Drechsel

GALLO CD-1668

Johann Sebastian BACH: Wachet auf, ruft uns die Stimme, BWV 645 (Arr. By C. Lahme) – Concerto No. 5 in F Minor, BWV 1056 (Arr. By C. Lahme) – Schafe können sicher weiden, BWV 208 (Arr. By C. Lahme) – Concerto for 2 Keyboards in C Minor, BWV 1062: II. Andante e piano (Arr. By C. Lahme) – Violin Sonata No. 5 in C Major, BWV 1005: II. Fuga (Arr. by A. Reinhard) – Charles GOUNOD: Méditation (Ave Maria) after Praeludium in C Major, BWV 846 (Arr. by J. Scott) – Franz POENITZ: Méditation über after Praeludium in D Minor, BWV 851 (Arr. by C. Lahme) – Oliver DRECHSEL: b-a-c-h Op. 50 für Harmonium und Klavier – Johann Sebastian BACH: Orchestral Suite No. 2 in B Minor: VII. Badinerie (Arr. by C. Lahme) – Orchestral Suite No. 3 in D Major, BWV 1068: II. Air (Arr. By S. Karg-Elert) – Herr Jesu Christ, dich zu uns wend, BWV 726 (Arr. By C. Lahme) – Herr Jesu Christ, dich zu uns wend, BWV 655 (Arr. By C. Lahme) – Violin Sonata No. 4 in C Minor, BWV 1017: I. Siciliano. Largo (Arr. By C. Lahme) – Christmas Oratorio, BWV 248: Sinfonia (Arr. by A. Reinhard) – Jesus bleibet meine Freude, BWV 147 (Arr. By C. Lahme)

Liaison Extraordinaire : Christoph Lahme, harmonium, Oliver Drechsel, piano.


Contrairement aux œuvres de Beethoven enregistrées sur notre CD « Liaison extraordinaire » (voir VDE-Gallo CD-1621), la musique de Bach n’a été que très rarement arrangée pour notre duo réunissant l’harmonium et le piano. Et c’est donc assez naturellement que Christoph Lahme contribua à ce projet-ci en réalisant ses propres transcriptions des œuvres du grand maître de Leipzig.

Certains de ces arrangements reposent sur l’ajout d’une ligne basse continue. Bach composa le Trio super : Herr Jesu Christ, dich zu uns wend (BWV 655) pour orgue à deux claviers et pédalier. A l’instar de ses autres trios pour orgue, celui-ci prend la forme d’une pièce de musique de chambre, ce qui en exclut l’accompagnement d’un instrument de continuo supplémentaire. Nous avons toutefois décidé, pour notre version, ainsi que pour celle de la Sicilienne de la Sonate pour violon BWV 1017, de la compléter par une harmonisation de basse continue.

Extrait des „Chorals Schübler“, Wachet auf, ruft uns die Stimme (BWV 645) est un arrangement de la main de Bach de la cantate 140 du même nom. Les premiers et deuxièmes violons y jouent unisono sur une basse chiffrée, le ténor quant à lui chantant la mélodie du choral. L’harmonium permet de réaliser les deux en même temps : le cantus firmus à la main gauche, et le continuo à droite.

La transcription d’August Reinhard de la fugue extraite de la sonate pour violon en do majeur (BWV 1005) forme le numéro 21 de la série des Sonatensätze parues chez Carl Simon à Berlin. Cette édition ne contient aucune indication de registration. Or, la partie d’harmonium jointe à celle-ci est arrangée pour Kunstharmonium – arrangement qui ne fut toutefois probablement pas réalisé par Reinhard lui-même, qui ne faisait des indications de registre qu’un usage parsemé. Cette registration est donc vraisemblablement l’œuvre d’un tiers, qui après une courte analyse, semblerait être Sigfrid Karg-Elert (1877-1937). Celle-ci n’étant toutefois pas très diversifiée, nous avons pris le parti, vu la longueur de la fugue, de l’enrichir par d’autres couleurs sonores mises à disposition par notre instrument.

La Méditation über das 6. Praeludium (Präludium d-Moll, Wohltemperiertes Klavier I, BWV 851) est une transcription d’une transcription. Le compositeur et harpiste berlinois Franz Poenitz (1850-1912) composa une voix de violon et d’harmonium sur la partition originale de „clavier“ de ce prélude, qui, hormis la basse à l’octave, est reprise à l’identique. C’est ici à l’harmonium seul que revient le rôle de jouer ce double ajout.

C’est sous le titre d’ADAGIO (Air célèbre) aus der Orchester-Suite in D-Dur que Sigfrid Karg-Elert publia chez Carl Simon à Berlin en 1907 la transcription de l’illustre deuxième mouvement de la troisième suite pour orchestre. Comme à son habitude, Karg-Elert nous offre par sa registration un magnifique exemple de son art de la nuance des couleurs sonores.

Il est étonnant de constater que, contrairement à l’usage, August Reinhard ne confia pas dans son arrangement de la Sinfonia aus dem Weihnachtsoratorium (BWV 248, 2. Kantate) la partie des vents à l’harmonium et celle des cordes au piano. Il aurait en effet paru presque naturel d’attribuer à l’harmonium les passages du quatuor composés de pair de hautbois d’amour et da caccia ; Reinhard les fait jouer cependant par le piano. Le concept de son arrangement est en fait beaucoup plus lié au souvenir d’un dialogue de style polychoral, que l’on peut entendre dans l’original entre le premier (Flöte I / Violone I) et le second pupitre (Flöte II / Violone II). Comme à l’accoutumée, Reinhard ne prescrit aucune indication de registration pour l’harmonium.

De création plus récente (*1978) est l’arrangement de la Méditation sur le Premier Prélude de Piano de S. Bach de Gounod par l’harmoniste Jonathan Scott (*1978). Cette Méditation est, à côté de la schubertienne, notoirement connue comme l’Ave Maria par excellence, et est ainsi à la disposition des compositeurs en de nombreuses moutures. Jonathan Scott emprunte de façon habile dans sa transcription des éléments de ces diverses versions, et démontre de manière impressionnante par ses choix de registration les qualités sonores et expressives du Kunstharmonium.

Comme le titre le laisse présager, b-a-c-h op. 50 d’Oliver Drechsel (*1973) vit le jour comme un hommage à Johann Sebastian Bach. Celui-ci se base sur les quatre lettres de son nom, qui à la manière d’un fil rouge, structurent par de nombreuses transpositions la trame de l’œuvre dans son ensemble (ndt. b-a-c-h désignant le nom de quatre notes de la gamme musicale allemande : si-bémol, la, do, si bécarre). Ainsi la troisième partie de cette forme ABA de duos aménagés pour l’harmonium et le piano comporte 14 répétitions du motif b-a-c-h, faisant ainsi comme une révérence à la symbolique des nombres chère à Bach (bach=2+1+3+8=14).


Booklet CD-1668.pdf

CHF 23.90

Afficher les commentaires